AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 épuisé de toi (kim)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
❝ membre
COEUR : teinté de mascara.
EMPLOI : maquilleur et habilleur dans un bar cabaret.
MESSAGES : 55
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : ethan james green.
RP WITH : kim, moana,
HONNEURS :




MessageSujet: épuisé de toi (kim)   Sam 14 Juin - 20:32

Deux heures du matin. Le corps est lourd, la cervelle claque si fort contre sa tête que Romeo garde les sourcils froncés. À peine posé au bar qu'il fait un léger signe de main au barmaid, quémandant son verre habituel. Ses doigts passent dans ses cheveux, son coude s'appuie sur le comptoir. Dans son ventre, les envies de meurtres grondent encore. Il entend encore la voix de Kim qui quémande un verre, lui demande de refaire son maquillage ou alors, de trouver une couleur précise de vernis à ongle qui, bien évidemment, ils n'ont pas. La mâchoire se crispe, le corps est empli de tension. Aussitôt le verre arrivé qu'il le boit d'une gorgée, qu'importe le goût trop fort qui brûle sa gorge. Il ne s'en soucie pas. Romeo n'en a rien à faire. Soupir lourd entre ses lèvres une nouvelle fois, il commande un nouveau verre alors que la voix de Piaf chantonne au sein du bar à l'apparence parisien. Tout bas, entre ses lèvres, il ne peut s'empêcher de grommeler quelques paroles à l'encontre de Kim et de ses caprices un peu trop extravagants. Le second verre lui parvient en même temps qu'une personne, un homme, vient prendre place à côté de lui. Romeo lui jette un regard rapide, suivi d'un sourire furtif.  « aller, aux divas folles » qu'il grommelle tout bas, levant son verre, avant de le boire cul sec également, celui-là.

_________________

la nuit tombée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : étouffé sous les paillettes.
EMPLOI : transformiste dans un cabaret.
MESSAGES : 27
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : sylvester ulv.
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Dim 15 Juin - 0:00

Les lumières de la ville reflètent dans mes yeux et illuminent mon visage pâle.
Au moins, comme ça, j'ai pas trop l'air d'un cadavre.
Mains dans les poches, des regards se posent sur moi mais n'essayent même pas d'attirer mon attention. Une fois le maquillage tombé, je ne suis plus rien qu'une poussière. Une ombre. Un coup de vent.
Monsieur tout le monde, habillé de vêtements bon marché. (et parfois de marque, mais pour les grandes occasions, seulement)
Je pousse la porte du bar et Piaf résonne à mes tympans.
Elle est toujours là pour m'accueillir et m'apaiser, elle.
Je l'aime et j'irais bien lui souhaiter un joyeux anniversaire dans le passé.
Padam.
Padam.
Elle suit mes pas et les battements de mon coeur. Padam. Je suis là, je vis, j'avance, je respire. Ce soir, je vais mourir au bar. éteignez les lumières et fermez les yeux. Laissez-vous guider par la musique et tremblez de plaisir sous le désespoir d'Edith.
Je demande un whisky. Juste de quoi me faire tourner la tête vu que moi, j'ai pas de manège à moi. L'alcool sera mes montagnes russes.
« aller, aux divas folles »
Je tourne les yeux et souris. Roméo, Ô mon Roméo. Je fronce les sourcils et lève mon verre, à mon tour. Vide d'énergie. Je n'ai peut-être pas envie de parler, finalement. Pas à lui, pas à cet anti-folles. Alors, sur un ton amer, je lui demande.
« on se connaît ? » bien sûr qu'on se connaît.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : teinté de mascara.
EMPLOI : maquilleur et habilleur dans un bar cabaret.
MESSAGES : 55
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : ethan james green.
RP WITH : kim, moana,
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Dim 15 Juin - 0:16

Sourire léger, au coin des lèvres. Sourire léger, fantôme du moins.
Romeo penche un peu sa tête sur le côté, à voir l'inconnu boire également. Sourire discret au coin des lèvres, et il commande un verre de nouveau.
Un verre, encore. Toujours un verre de plus, à gauche et à droite. Il noie ses pensées, en espérant qu'elles ne savent pas flotter. Il les noie, pour ne plus penser.
Le verre de l'autre, vide, claque contre le bois. Et puis, sa voix résonne, sale. « on se connaît ? » Romeo hausse d'un sourcil, inspire difficilement. Son corps tourne sur le côté et son coude s’affaisse, contre le comptoir. Il se penche de son côté, fronce un peu des sourcils, observe attentivement. « nan, non, je crois pas. » Il secoue sa tête, en parlant. Le visage ne lui dit rien. Des hommes, il n'en connait pas tellement.
Romeo lève son doigt dans les airs, se penchant vers l'avant pour l'observer un peu plus attentivement. « non, je reconnaîtrais ce visage là. » Sourire discret, encore. Les yeux brillent, et la musique grésille encore. Il l'observe encore un peu, avant de détourner les yeux. Il se rend compte ; Romeo se rend compte qu'il observe un peu trop. Ses doigts, de nouveau, prenne le verre. L'alcool, de nouveau, glisse dans sa gorge.

_________________

la nuit tombée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : étouffé sous les paillettes.
EMPLOI : transformiste dans un cabaret.
MESSAGES : 27
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : sylvester ulv.
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Dim 15 Juin - 0:47


   
   
   


Je plisse un peu les yeux, pour mieux l'observer.
Il est tard, j'ai les paupières lourdes et le coeur au fond des pieds. En fin de journée, c'est toujours la même chose : il absorbe tout et dégringole dans mes chaussures.
J'ai envie de me baisser pour le rattraper mais j'ai déjà les mains occupées ailleurs. Puis, je suis bien comme ça, à observer Romeo dans sa tristesse. On dirait un vieil homme qui boit pour oublier la guerre. Il a peut-être vécut une guerre lui aussi ? Pas la même, pas une avec des armes et des religions, tu vois. Mais une guerre sentimentale ou autre chose. Du moins, c'est ce que je lis dans ses yeux.
C'est la première fois que je m'y attarde réellement. Ils en valent la peine.
Pourquoi j'ai attendu si longtemps ?
« non, je reconnaîtrais ce visage là. »
C'est ce qu'ils disent tous mais une fois le maquillage enlevé, la diva envolée, c'est toujours la même chose.
Cette triste absence.
Je regarde l'heure, il est tard. Papa et Papa risquent de s'inquiéter mais si j'appelle, je risque de les réveiller. Tant pis.
« ah bon, vraiment ? » rire moqueur, détaché. Je balaye du regard la pièce, il n'y a plus grand monde si ce n'est l'un de ses vieux alcooliques étalés sur sa table.
Il ronfle.
L'atmosphère est belle. L'opéra s'élève dans la pièce. Prenant. Je me redresse, le corps cassé mais possédé par les violons. Ma main se tend en sa direction, brute.
« dansez avec moi, alors. » la musique aide à détruire les barrières.
Dansons. Parlons. Buvons. Pleurons.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : teinté de mascara.
EMPLOI : maquilleur et habilleur dans un bar cabaret.
MESSAGES : 55
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : ethan james green.
RP WITH : kim, moana,
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Dim 15 Juin - 1:17

clac. le verre se pose contre le comptoir, de nouveau. il glisse un peu, par la marque d'alcool qui traîne, là. romeo l'observe, un instant.
il la dévisage, longuement, la tête un peu penchée sur le côté. le geste est bref, en fait. il est minime, assez présent pour qu'une mèche glisse de sa crinière, pend à son front.
les sourcils se froncent, un peu, et il passe ses doigts dans ses cheveux, les ramène d'un mouvement lent.
les yeux, brillant, se posent de nouveau sur l'inconnu. les traits étranges, magnétiques. assez particuliers pour le charmer. romeo retient un sourire. romeo ne sait pas véritablement sourire. il ne connait pas le tien, que les faux. ceux qui font beau, sur les photos.
il regarde l'heure; peut-être veut-il s'en aller. romeo pince ses lèvres, un peu, prêt à se retourner et continuer sa soirée, seul.
toujours, infiniment seul.
Il hausse des épaules, alors, léger, lorsqu'il lui pose une question. lui adresse un sourire en coin, un peu dessiné, souvent pratiqué devant le miroir, pour bien paraître. romeo l'observe, du coin de l'oeil, attentif mais détaché, alors qu'il se lève. il attend, lent, le bonne soirée. la bonne nuit, et le adieu qui, toujours, se répète.
et pourtant, une main se tend. elle se tend, et les paupières clignotent, un peu surprises, soudainement. « dansez avec moi, alors. » les lèvres se pincent, la tête se penche sur le côté. les yeux, un instant, se tournent vers le barmaid. il doute. un peu, à peine, mais il doute.
et pourtant, il se lève lentement. ses doigts, maigrelets, se posent au creux de ceux de l'inconnu. mains douces contre mains douces. elles sont rares, les mains douces. ses yeux s'y attardent, alors qu'il se presse contre lui, entame lui-même le pas. lentement.
ils dansent, lentement. il dansent, lent, ailleurs, nulle part. il se souvient, dans ses souvenirs, de sa mère qui aimait en faire tout autant, parfois. sa mère qui, quémandant ses doigts, dansait comme ça, légèrement.
romeo avale de travers, et sourit un peu, la tête dans son cou, le menton contre son épaule. il danse, d'un pas ailleurs, lent. « pour une danse, j'aimerais bien un prénom. » sa langue passe contre ses lèvres. les yeux, eux, se ferment. il danse, sous la voix d'opéra. il danse, son torse effleurant le tien, alors qu'il respire.

_________________

la nuit tombée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : étouffé sous les paillettes.
EMPLOI : transformiste dans un cabaret.
MESSAGES : 27
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : sylvester ulv.
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Dim 15 Juin - 1:44

La main tendue.
J'ai peur qu'elle se resserre dans le vide. Qu'il se mette à rire et s'enfonce dans son siège. L'alcool contre une danse.
Le choix est vite fait lorsque l'on traîne dans un bar.
Je soupire et quelques paillettes tombent de mes cheveux blonds.
Elles se posent sur nos doigts qui se scellent, accompagnent nos mouvements et finissent par terre, sous nos semelles.
J'ai le cœur qui s'emballe sous les notes de musique. Il bat vite, ferait presque naître des larmes au bord de mes paupières. Alors, j'avance d'un pas et colle mon torse au sien. Je sens le silence se dessiner et les mouvements s'enchaîner.
J'ai l'impression de flotter dans l'air.
De sentir nos ailes se déployer et nous suspendre dans la pièce.
Je souris.
« pour une danse, j'aimerais bien un prénom. »
Mais les prénoms ne sont pas grand chose. On les écoute et puis on les oublie. Ils sont comme des feuilles d'automne qu'on laisse traîner dans le vent. Légers et éphémères. Pourtant, j'avance mes lèvres jusqu'à son oreille. J'inspire son odeur.
« anton, mais vous ? » Romeo, je le sais. Et comme un avertissement, je me recule et le fais tourner sur lui-même. Gardons nos distances.
Les paillettes se déchaînent et les couleurs de ses vêtements se mélangent. On dirait un papillon aux ailes un peu abîmées.
Tourne, tourne.
Envole-toi. Mais il reste là, au sol, dans mes filets.
Qui sait, peut-être suis-je une araignée.
Et dans cette réflexion, je continue mon questionnement.
« pourquoi se saouler seul au bar un samedi soir ? » j'insiste sur le seul. C'est étonnant de le voir, là, Romeo. Il a du succès chez les garçons, je le sais parce que je l'entends raconter ses histoires aux autres.
Peut-être est-il en train de s'accorder une pause ?
Et un pas sur le côté, discret.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : teinté de mascara.
EMPLOI : maquilleur et habilleur dans un bar cabaret.
MESSAGES : 55
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : ethan james green.
RP WITH : kim, moana,
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Dim 15 Juin - 2:03


les yeux se ferment. les paupières, papîllons, battent des ailes et se posent, un instant. le bout du nez, froid, effleure la peau de son cou, et le corps se fait pendu, accroché.
le coeur bat, sous le même rythme du sien.
le coeur bat, lentement, doux et tendre, sous les violons.
et la voix, elle, fait saigner le coeur. les plaies ouvertes ne peuvent que se vider, encore et encore, teintant ses vêtements de rouge flamboyant.
les pas glissent contre le sol, ne se posent pas. il avance, danse, glisse, vole et disparait.
romeo n'est pas là. il n'y a pas de romeo, sans juliette, et de juliette, il n'en veut pas.
il n'en veut pas.
les lèvres se pincent, retenant un sourire un peu trop grand. les lèvres se pincent et les yeux, eux, fermés, voient les traits d'une mère qui n'est plus là depuis longtemps, maintenant.
des lèvres effleurent la peau de son cou, lentement. une voix, chaude, caresse son oreille. « anton, mais vous ? » le vous est étrange. il paraît erreur la première fois, s'impose à sa chair, la seconde fois. il est étranger et pourtant, tendre contre sa peau.
romeo ouvre les yeux, observe anton alors que, d'un mouvement lent de bras, il l'éloigne et le fait tournoyer, lentement. ses yeux brillent, dans la noirceur, et s'éloignent alors qu'il exécute le mouvement, lent.
un tour. le corps s'éloigne, le coeur bat plus doucement.
et puis, de nouveau, les torses se percutent et les yeux se rencontrent, comme un autre jour.
sourire incertain, sur ses lèvres. couleurs d'automne, dans ses yeux. les lèvres de romeo s'ouvrent à peine. « romeo. » le prénom est soufflé, et le visage retourne se fondre dans son cou. ses lèvres, minces, effleurent la peu.
romeo déglutit lentement, redresse un peu son menton, pour ne plus le toucher de la sorte.
les lèvres sont brûlantes. un feu s'éveille. doux brasier, au fond d'un vieux foyer. « pourquoi se saouler seul au bar un samedi soir ? » les yeux s'ouvrent, à peine fermé. le souffle, lent, se suspend. il cherche, dans les décors, les paroles, une réponse quelconque. le silence entre eux, long, court, se casse encore. les mots semblent étrangers, dans l'échange. « la soirée a été épuisante. un besoin d'oubli s'est imposé. » les mots se font souffle léger, entre ses lèvres. romeo se contente de les murmurer, au travers de légères paroles. il n'ose pas les prononcer de vive voix, de peur de tout briser. l'instant semble flotter sur un bout de verre, un fil de fer. « et vous ? » les paroles cessent, et le violon, fort, se fait silencieux, brusquement. les notes cessent, et ils valsent lentement encore, pourtant.
brel, de ses notes espiègles, s'enligne à la suite. sourire léger, sur les lèvres de romeo. lèvres légères, effleurant la peau de son cou, de sa nuque alors que, dans un murmure bas, un peu plus haut, pourtant, ne peut s'empêcher de chanter les paroles françaises, apprises il y a longtemps, si longtemps, maintenant. la valse, quant à elle, reste lente, qu'importe le rythme se faisant plus rapide. il n'y a que le murmure, contre son cou, son oreille, qui se fait plus rapide.

_________________

la nuit tombée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : étouffé sous les paillettes.
EMPLOI : transformiste dans un cabaret.
MESSAGES : 27
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : sylvester ulv.
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Dim 15 Juin - 19:31

Il pleut dehors, maintenant.
J'entends les gouttes claquer contre les vitres et se mélanger à la musique. Je me concentre sur mes mouvements, pour ne pas lui écraser les pieds ou le faire trébucher.
« romeo. »
Et vu ses yeux, je crois que Juliette n'est pas là. Elle a du se volatiliser, prendre ses ailes et puis se barrer. Elle a eu bien raison, Juliette, ici, c'est pas bien beau.
Elle doit traîner dans les rues de Paris et brûler sous les projecteurs. Je parie qu'elle a un peu plus de chances que nous.
Intelligente, la Juliette.
Et moi, j'ai dans mes bras le pauvre Romeo au coeur fragile. On dirait du cristal sous mes doigts. Je le brusque un peu pour tester les limites et voir jusqu'où je peux aller.
« la soirée a été épuisante. un besoin d'oubli s'est imposé. » Je relève un sourcil. C'est donc ce que je suis : épuisant. Fin, c'est pas la première fois qu'on me le dit. J'entends souvent les murmures derrière moi. Kim la diva. Kim l'insupportable. Kim, cette salope (pour les plus méchants).
Mais tant pis, je ne les aime pas, de toute façon.
« et vous ? »
J'avais besoin de fuir, un peu. D'oublier les spectacles et le sida de papa. J'avais envie de me plonger dans les verres d'alcool même si je me suis dégonflé, encore une fois. Je n'aime pas vomir, le lendemain matin. J'ai peur d'avoir la gueule de bois et puis, je n'aime même pas le goût de l'alcool. Sauf peut-être celui du martini. Mais le reste, non. Le whisky est encore accroché à mes papilles. Relents de déprime. Regarder le ciel, c'est bien plus efficace pour aller mieux.
« j'avais usé mon quota de sourires pour aujourd'hui. mais vous avez de la chance, il m'en restait quelques uns dans les poches. »
Romeo se met à chanter et moi, je souris. Je l'accompagne dans ses mots (seulement dans les refrains parce que pour le reste, je suis bien trop incertain.) Mon corps penche en avant pour le faire basculer vers l'arrière et capter son regard, une nouvelle fois. Ma main le tient fermement, au creux de son dos. Romeo ne tombera pas. J'y mets toutes mes forces, dans ces fichus bras.
« chantez plus fort. » Mince, c'est peut-être trop agressif, brutal. Alors, j'ajoute : « J'aime le timbre de votre voix. »
et la façon que vos yeux ont de briller, sous les notes de musique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : teinté de mascara.
EMPLOI : maquilleur et habilleur dans un bar cabaret.
MESSAGES : 55
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : ethan james green.
RP WITH : kim, moana,
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Dim 15 Juin - 19:55

sourire léger, sourire présent. sourire vrai, d'un autre temps.
romeo aussi, un peu. comme peut-être, ailleurs, il aurait pu sourire à juliette. les mots d'anton lui font plaisir et ses paroles un peu hésitantes mais tout au moins présentes donnent un sourire plus grand, à ses lèvres.
et elles effleurent, encore et encore. elles effleurent, doucement, la courbe de son oreille.
le murmure reste murmure et puis, au détour d'un mouvement, d'une petite courbette de dos vers l'arrière, un rire se fait entendre. un rire enfant, un rire inconnu. romeo pince ses lèvres, lorsque les yeux se croisent.
le coeur, il fait bam. bam. et puis boom, aussi.
sourire hésitant, sur ses lèvres. romeo libère son regard du sien, les paroles muettes, encore ses lèvres. une seconde, et puis deux. il se remet à chantonner doucement, d'un murmure un peu trop bas, certainement.
anton le remarque. le dit, à haute voix. « chantez plus fort. » il est un peu surpris, romeo. il ne comprend pas, un moment, romeo. « J'aime le timbre de votre voix. » oh.
romeo sourit, un peu. il sourit, un instant, hésitant, et suit le mouvement, pour se redresser. les torses se percutent, de nouveau. « d'accord. » faible murmure. les pupilles tremblotent, l'observent, dévient vers un ailleurs.
il se racle la gorge, de nouveau. sa joue, douce, se pose contre la sienne, toujours aussi douce. elles s'effleurent, caresse intime. les paroles se font entendre, de nouveau. il chantonne encore, un peu plus fort cette fois, uniquement pour lui. il n'y a que sa voix, un moment. il n'y a que sa voix, pendant un moment, et puis la chanson, au bout d'un temps, se tait, prend fin.
les lèvres de romeo se scellent, de nouveau.
un pas de valse, encore. un pas de valse, léger.
et puis, les corps s'éloignent. les yeux, encore, se croisent. les yeux se croisent, et romeo lui lance un sourire, un peu hésitant. « vous dansez bien. » il rit un peu, timide, ailleurs. ses doigts passent dans ses cheveux, et le malaise croît, dans ses entrailles.
il n'a pas l'habitude, de ça. les choses comme ça, il ne connait pas. pas trop, en tous cas. « merci. la soirée est vraiment - j'aurais pas espéré mieux. » les lèvres se pincent, un peu. il mord sa joue, toujours. malaise, encore malaise. les sourcils se froncent et il essaie de s'en échapper. « je vais - oui, voilà. » je vais commander un verre. il désigne le bar, s'éloigne un peu, commande.

_________________

la nuit tombée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : étouffé sous les paillettes.
EMPLOI : transformiste dans un cabaret.
MESSAGES : 27
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : sylvester ulv.
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Dim 15 Juin - 20:31


Roméo chante un peu plus fort et je ferme les yeux.
Je n'écoute plus que lui. Même les ronflements du vieil homme ne s'entendent plus. Ou même le bruit que font les verres lorsqu'ils s'effleurent.
Je le serre un peu plus fort dans mes bras pour lui demander de continuer en silence. Je ne voudrais pas le couper alors que ce soir, il est bien plus beau que tous les autres. J'ai l'impression de faire face à un autre homme. Plus vieux, plus épuisé, plus magnétique. Lorsque j'observe son visage, ce sont mes yeux qui dégringolent sur ses lèvres.
J'ai bien envie de les embrasser mais ça voudrait dire précipiter les choses.
Fin, précipiter les choses, c'est un bien grand mot.
On va jamais assez vite pour une nuit d'amour.
Mes doigts remontent un peu plus haut, contre sa colonne vertébrale. Je la sens sous ses vêtements et je la redessine. Je l'imagine, aussi. J'ai toujours aimé faire ça ; imaginer.
Et son coeur, je le vois petit et timide. Contrairement au mien, trop grand et vaste.
Si large qu'on peut y entrer sans frapper.
Si frêle qu'on le briser d'un doigt comme le dirait Brel.
Romeo s'éloigne, c'est la fin de la chanson.
Déjà.
« vous dansez bien. » Encore heureux, je ferais quoi sans ça, sinon ? Je me couperais certainement les jambes. Danser, c'est tout ce qu'il me reste, avec une tonne de maquillage sur le visage. (ça rime)
« merci. la soirée est vraiment - j'aurais pas espéré mieux. » mes doigts lâchent les siens. La soirée ? elle ne se résume qu'à un moment de danse. Et de chant aussi mais ce n'est pas grand chose. Rien de spectaculaire. Mais c'est trop tard, Romeo s'éloigne. Il n'a plus envie de danser où de plonger dans les notes de musique.
Alors, je danse encore un peu, seul. Les yeux fermés. Mes mouvements sont doux, comparables à un coup de vent sur la mer.
Mais soudain, danser seul devient bien fade. Je le suis, pour par peur de m'enliser dans la solitude.
Il faudrait que je rentre mais quelque chose attire mon oeil. Exagérément bleue, la culotte en dentelle. Les pantalons taille basse sont traîtres.
« jolie culotte. » je lui souris en m'appuyant sur le bar. Je suis peut-être trop proche de lui mais je continue quand même. « vous allez finir saoul et je vais devoir vous ramener jusque chez vous, Romeo. On ne vous a jamais appris à vous méfier des inconnus ? » Et je prends son verre pour en boire une gorgée. « par contre, on peut faire un bout de chemin tous les deux, avant que nous puissiez plus tenir debout. ça me paraît honorable. »
Et un pas de plus vers l'avant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : teinté de mascara.
EMPLOI : maquilleur et habilleur dans un bar cabaret.
MESSAGES : 55
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : ethan james green.
RP WITH : kim, moana,
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Dim 15 Juin - 21:07

le souffle est vif, un peu rapide. le souffle tremble, entre ses lèvres. romeo y passe sa langue, essaie de se calmer un peu, tremble.
ses prunelles, timides, se tournent vers anton, un instant. il l'observe, danser. il l'observe, ne peut détourner les yeux, envoûté. le coeur, il est captivé.
les lèvres trempent un peu, à peine, contre l'alcool. les paupières ne clignotent pas.
romeo ne se détourne pas. pas maintenant, en tous cas.
et puis, anton cesse tout mouvement. la tête se courbe et il se détourne, pour ne pas faire voyeur. le rouge aux joues, un instant.
il s'efface, lentement. il s'efface suffisamment, et puis. « jolie culotte. » revient, brusquement.
romeo, il passe sa langue contre ses lèvres. ses yeux, ils se tournent vers lui un instant, captent le sourire, avant de retourner aux verres. il sent son souffle, contre sa joue. le noeud se tord, dans ses entrailles. le noeud se mèle.
romeo, il a envie de remonter son pantalon, mais il ne le fait pas, pourtant. il ne fait rien, pourtant. sourire un peu, oui, légèrement. « vous allez finir saoul et je vais devoir vous ramener jusque chez vous, Romeo. On ne vous a jamais appris à vous méfier des inconnus ? » le verre disparaît, entre ses doigts. ils s'effleurent, un instant. romeo observe, silencieux, le mouvement qu'à ses lèvres. les mots, il ne les entend que très peu. « par contre, on peut faire un bout de chemin tous les deux, avant que nous puissiez plus tenir debout. ça me paraît honorable. » les yeux se ferment en direction du verre, encore un peu plein. romeo doute, tangue, et puis soupire. il tourne les yeux vers anton, se perd dans les siens et sourit, à peine. « ouais. ouais, bonne idée. » il hoche de la tête, se lève et sort quelques billets de ses poches trop serrés. déposés sur le comptoir, il fait un signe au barmaid, et observe anton, de nouveau.
se perd un moment, une éternité, dans ses yeux. la couleur, il ne parvient pas encore à la deviner.
ils sont bleus, bleus, un peu comme le ciel, en été. « j'aime vos yeux. » la langue passe sur ses lèvres. sourire un peu vague et puis il met ses mains dans ses poches, simplement. signe de tête, et les voilà qui marchent vers la sortie du bar.
les étoiles brillent, le ciel est noir. noir, mais surtout calme. « c'est rare maintenant. les gens honorables, ou juste les gestes. les gens sont rendus des connards. enfin » rire nerveux, un peu. ses yeux se tournent vers lui, un peu. les cheveux brillent, comme les étoiles. romeo arrête le pas et tend la main, il peut. il pince ses lèvres et glisse ses doigts dans la crinière, pour faire disparaître les paillettes. « vous volez l'attention aux étoiles. » les yeux, encore, se rencontrent.

_________________

la nuit tombée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : étouffé sous les paillettes.
EMPLOI : transformiste dans un cabaret.
MESSAGES : 27
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : sylvester ulv.
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Lun 16 Juin - 10:19

J'empiète peut-être un peu trop sur sa bulle personnelle.
C'est vrai, on parle pas de culotte comme ça, comme si de rien n'était, comme si c'était normal.
La seule chose normale ici, c'est ce vieux qui ronfle et qui oublie son prénom. J'ai envie d'aller le voir, de l'entendre respirer bien fort et d'oublier, à mon tour.
C'est une bonne idée, oui, pourquoi pas. Surtout que, vu les joues de Romeo, je doute qu'il accepte de me suivre. Maintenant, je dois passer pour un homme facile. Une petite traînée des bas fonds. Mais c'est pas ça, non, je peux tout expliquer, c'est facile.
J'aime les hommes et la vie.
J'aime les corps et la chair brûlante.
Aimer, c'est mon plaisir du samedi soir.
C'est comme regarder un film des films d'amour l'après-midi. C'est rien de plus. J'y mets pas toute mon âme.
Et puis, surprise. On ferme la porte du bar derrière nous et il se tourne vers moi. Quand je parlais de film d'amour, des scènes du genre, y en a souvent des semblables. Je souris.
« j'aime vos yeux. »
Je les plonge un peu plus dans les siens, pour lui montrer ce qu'ils sont réellement. Je lui montre et j'essaie de pas en faire des tonnes, comme Kim. « c'est rare maintenant. les gens honorables, ou juste les gestes. les gens sont rendus des connards. enfin » Et il enlève les paillettes, du bout de ses doigts, comme effrayé par la lumière. « vous volez l'attention aux étoiles. » j'approche d'un pas, puis de deux. « c'est pas difficile, il n'y en a pas, ce soir. » En réalité, je réduis à néant la distance qui nous sépare. Mes yeux se perdent encore une fois sur ses lèvres. Cette fois, je ne les lâche plus, captivé par la douceur qui s'en dégage. « vous croyez que c'est honorable d'avoir envie de vous embrasser ? » J'ai les yeux à moitié fermés, comme en transe face à cette idée. Et puis ma voix, elle n'est qu'un pauvre murmure torturé, contre sa peau.
J'attends pas sa réponse.
Je le fais.
Je l'embrasse.
Pas quelque chose de sauvage et passionné. Non, quelque chose de léger et éphémère. Une caresse.
« c'était peut-être prématuré, finalement, non ? » regrets.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : teinté de mascara.
EMPLOI : maquilleur et habilleur dans un bar cabaret.
MESSAGES : 55
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : ethan james green.
RP WITH : kim, moana,
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Lun 16 Juin - 17:07

le souffle se coupe. il n'est plus. ailleurs, il disparaît.
romeo, il ne détourne pas les yeux, il observe, au travers des paillettes, les prunelles qui brillent.
le coeur bat, un peu cassé, un peu fort. le coeur bat, et se serre un peu plus fort, par la peur qui le traverse.
il avale lentement,brusquement, un peu de travers. anton s'approche. « c'est pas difficile, il n'y en a pas, ce soir. » romeo sourit, un peu. ses yeux se lèvent brièvement vers les cieux. les étoiles sont éteintes. elles ne sont pas, ne sont plus. les lèvres se pincent. il baisse les yeux, cachent son sursaut, à le voir si proche. le regard tremblote, incertain.
le coeur bat trop fort. fixés contre ses lèvres, les yeux d'anton. il ne peut s'empêcher d'y passer sa langue, nerveux. « vous croyez que c'est honorable d'avoir envie de vous embrasser ? » romeo se tait. il ne sait pas quoi dire, à cela. il aimerait pourtant susurer que c'est une mauvaise idée. que ces choses là, ce n'est pas pour lui. il a peur, un peu, pas beaucoup. il a peur et pourtant, il ferme les yeux, alors que les lèvres se rencontrent. il soupire d'un ton geignard, lorsque les lèvres se lâchent, après un baiser soufflé, à peine appuyé. « c'était peut-être prématuré, finalement, non ? » les paupières clignotent, la prunelle est sombre. la tête, elle ne suit plus. « un peu avorté, surtout. » le ton est un peu sec, même si murmure. romeo pince ses lèvres, l'observe un peu trop attentivement, les prunelles au fond des siennes. elles dévient vers ses lèvres, et la guerre éclate, dans sa tête.
il sait, oui. il sait qu'à un moment, il aura à dire non, trouver une excuse bidon, partir tout bonnement. et pourtant.
pourtant, ses yeux dévient encore vers ses lèvres et il tend le cou, y presse les siennes un peu gauchement, un peu trop vivement, passionnément. les nez se cognent, légèrement.
l'échange est aussi court, peut-être un peu plus long. plus présent, tout au moins. romeo s'éloigne tout aussi vivement. « pardon, je - » rire nerveux, il fait un pas vers l'arrière, passe ses doigts dans ses cheveux. « je fais pas ce genre de truc, okay. » non, il n'a jamais fait ce genre de truc.

_________________

la nuit tombée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : étouffé sous les paillettes.
EMPLOI : transformiste dans un cabaret.
MESSAGES : 27
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : sylvester ulv.
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Mar 17 Juin - 20:57

Je le regarde et il a l'air paumé.
Encore plus que moi lorsque j'apprenais le langage des signes. Je confondais toujours des mots parce qu'ils se ressemblaient un peu. Je tirais la même tête que lui. Les yeux brillants, en moins.
Je fronce les sourcils et ne recule pas. C'est à lui de le faire. C'est à son tour de prendre des initiatives. J'ai pas arrêté d'en faire tout le long de la soirée. J'ai pas envie de l'obliger.
« un peu avorté, surtout. »
Son nez cogne le mien et mon corps se crispe. J'attrape sa veste du bout des doigts pour le retenir contre moi mais c'est pas suffisant. Romeo est plus résistant qu'il n'y paraît. C'est une crevette solide et il s'échappe de mon emprise. Déjà.
J'ai même pas eu le temps de profiter. J'ai envie de l'engueuler, de lui dire qu'il peut pas tout arrêter si facilement.
J'ai besoin de plus. Les autres hommes me le donnent mais lui, il n'a pas l'air décidé.
Il est où le Romeo qui rentre toujours avec quelqu'un chez lui ?
« pardon, je - » Pardon mais t'embrasses mal ? Pardon mais j'aime pas ça, finalement. Pardon mais ? Je le regarde, un peu accusateur. Pourtant, je reste calme. Je bouge pas, je le laisse s'expliquer. Je suis pas une bête non plus, je sais me tenir et écouter.
« je fais pas ce genre de truc, okay. » Il fait pas ce genre des trucs. C'est donc ça son explication à deux balles ? Et encore, deux balles c'est beaucoup. Moi je vois plus ça comme du vent., ça glisse contre ma joue et ça me fait frissonner. Puis mes cheveux se décoiffent un peu, j'ai horreur de ça. J'ai l'impression d'avoir ses lèvres contre les miennes, encore.
Les prochains jours risquent d'être étranges. Mais en attendant, j'avance vers lui, d'un pas. Je garde un peu de distance mais j'enlève ma veste pour la mettre contre ses épaules et la protéger des gouttes de pluie. J'attrape ses mains, délicatement, entre mes doigts pailletés.
« ah bon ? je trouve que vous êtes doués, pourtant. » sourire. Je jette un coup d'oeil à la rue vide et reviens vers lui. « marcher dans la rue, main dans la main avec un Anton, vous pensez être capables de le faire ? un pied devant l'autre et une pression avec vos doigts, contre les miens. » Et pendant que je lui parle, je lâche l'une de ses mains pour tenir plus fermement l'autre. C'est une leçon de vie. Une leçon d'amour, aussi.
Apprendre à marcher à deux, c'est toute une histoire.
On doit faire ça bien, sinon c'est moche et puis ça sonne faux.
« Alors ? » ça te dit ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : teinté de mascara.
EMPLOI : maquilleur et habilleur dans un bar cabaret.
MESSAGES : 55
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : ethan james green.
RP WITH : kim, moana,
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Mer 18 Juin - 5:16

coup froid, contre la peau. le vent lui donne un crochet du droit et un frisson grandit, contre sa chair. romeo, il pince ses lèvres. il pince ses lèvres, retient ses tremblements, fort, par ce simple mouvement. il essaie, oui, d'une manière, de se calmer. il essaie de ne plus trembler.
perdu, qu'il est. prisonnier entre deux pensées, deux envies. ses jambes, elles ont envie de fuir. ses lèvres, elles ont envie de se poser.
et lui, il fronce des sourcils. un peu plus, ou alors pas assez.
le coeur bat si fort qu'il serre sa mâchoire, pour ne pas en entendre les battements.
mouvement de recul, un peu brusque. bête sauvage qu'il est. romeo, toujours prêt à vouloir. romeo, qui n'est pas prêt à mourir.
il suffit de rencontrer sa juliette, et l'horloge démarre. les secondes, déjà, commencent à manquer. il pince ses lèvres, un peu plus fort. suit des yeux le mouvement de la veste, alors qu'elle vient se poser contre ses épaules. une insulte reste prise au bord de ses lèvres et il calme le geste de refus, lorsqu'il prend ses mains.
romeo, il est sauvage. romeo, il n'aime pas les cages. l'amour, c'est son naufrage.
et pourtant, il ne bouge pas. il attend, un peu tremblant, presque sauvage.
il observe, attentivement. « ah bon ? je trouve que vous êtes doués, pourtant. » les dents s'enfoncent dans la joue. il fronce des sourcils, malgré lui. un peu fort, peut-être. il doit tirer une sale tête. il a tant l'habitude, des moqueries. il entend encore, dans sa tête, les bêtises de l'ex petit ami.
le coeur se serre. « marcher dans la rue, main dans la main avec un Anton, vous pensez être capables de le faire ? un pied devant l'autre et une pression avec vos doigts, contre les miens. » le souffle se stoppe un peu. il l'observe étrangement, certainement. il ne comprend pas, tout bonnement. et anton, il sourit. il sourit, simplement. romeo tente alors, un peu, du moins, de faire de même. « Alors ? » la langue passe sur ses lèvres. les yeux, eux, se baissent vers la main liée à la sienne.
petite pression, contre ses doigts. il hoche de la tête, doucement. « ouais. » il avale, tente un sourire. « ouais, tenir une main, marcher, je sais faire. » la pression se relâche un peu, contre ses doigts, avant de se faire plus grande, plus confiante. le sourire se fait rapide, contre les lèvres,et les rues se tournent vers la rue. il se met à marcher, simplement.
romeo, il essaie de ne pas penser au fait que, peut-être, il fait un peu con.
il renifle un peu. il fait froid, même si la pluie est fine. ses yeux tombent contre la veste sur ses épaules, avant de dévier vers anton. « hm... vous avez pas froid ? enfin, t'as » sourcils froncés, il le dévisage, attentif. voir s'il accepte le tu. « j'veux pas que tu chopes une connerie par ma faute. non plus. j'suis pas doué pour faire du bouillon, okay. j'fais cramer l'eau, c'est à c'point. » il sourit, un peu. pas beaucoup, juste assez. les sourcils, eux, sont toujours un peu froncés.

_________________

la nuit tombée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : étouffé sous les paillettes.
EMPLOI : transformiste dans un cabaret.
MESSAGES : 27
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : sylvester ulv.
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Mer 18 Juin - 11:47

La pluie tombe, on dirait des larmes, sur mon visage. Mes cheveux se collent contre mon front mais je n'y fais même pas attention.
Je ne souris plus, non plus. C'est presque romantique et mystérieux.
Y a qu'à voir ma façon de le regarder sans essayer de l'embrasser. J'ai l'impression qu'il a posé une barrière entre nous. Ou qu'il m'a ensorcelé pour enlever toute perversion de mon âme.
J'avance en même temps que lui, mes jambes en parfaite harmonie avec les siennes. On dirait qu'on ne fait qu'un, à cet instant.
« hm... vous avez pas froid ? enfin, t'as »
Je fronce les sourcils à entendre le tutoiement quitter ses lèvres. C'est la suite logique des choses, après tout. J'ai perdu l'habitude, y a plus que mes papas pour employer le tu. Les autres, ils sont trop occupés à me lécher les bottes pour essayer de le faire.
J'ai envie de le prendre dans mes bras, du coup, pour le remercier. Il comprendrait même pas alors je m'abstiens. Des gouttes dégoulinent de mon nez et de mes lèvres. J'ai le visage recouvert d'un voile de pluie. Et ça, Romeo le voit.
« j'veux pas que tu chopes une connerie par ma faute. non plus. j'suis pas doué pour faire du bouillon, okay. j'fais cramer l'eau, c'est à c'point. »
ça doit être psychologique mais je me mets à trembler sous ses mots. J'ai un peu plus froid que tout à l'heure, maintenant qu'il le dit. C'est ridicule cette façon que le cerveau a de réagir : un véritable gamin. Mais moi, je ne le laisse pas faire, je remue négatif la tête, en haussant les épaules.
« non ça va, c'est que de la pluie. » quand j'étais gamin, je sortais souvent les jours de pluie. J'aime bien avoir l'impression que le ciel me tombe dessus. « t'inquiètes pas, j'ai déjà quelqu'un pour s'occuper du bouillon. » Je lui souris. Papa est doué pour ça, il en fait toujours à son amoureux. Parce que papa numéro deux, il en a souvent besoin, des bouillons, le pauvre. D'ailleurs, il faudrait vraiment que je rentre. Imagine un peu s'il se passe quelque chose pendant que je suis pas là ?
Frisson. J'ai pas envie de le planter, là, au milieu de la nuit. Romeo c'est pas l'un de ces vieux riches.
« c'est drôle, ma veste te va mieux qu'à moi. » Et je lève la main pour la replacer un peu mieux sur ses épaules et enlever le surplus de pluie dans ses cheveux. « t'es tout décoiffé. » léger rire.
Il est beau, Romeo, sous un ciel de pluie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : teinté de mascara.
EMPLOI : maquilleur et habilleur dans un bar cabaret.
MESSAGES : 55
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : ethan james green.
RP WITH : kim, moana,
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Mer 18 Juin - 16:44

un peu brusquement. il fronce des sourcils, voilà, comme ça, un peu brusquement. romeo, il n'aime pas. il n'aime pas, non, le voir secouer de la tête, négativement. pouvoir, il croiserait certainement les bras. il ferait la gueule, simplement.
pourtant, il ne le fait pas. ses doigts sont là, au creux de ceux d'anton. il ne veut pas, non, s'en défaire. il est bien, comme ça, au fond.
« non ça va, c'est que de la pluie. » il serre la mâchoire, à ses mots. il le sent trembler. il le voit, tout froid. même ses doigts, ils sont gelés. romeo les serre un peu plus, pour les réchauffer. il pense, vite, lentement, et cherche quoi dire. « t'inquiètes pas, j'ai déjà quelqu'un pour s'occuper du bouillon. » quelqu'un.
Il y a quelqu'un. la bouche reste fermée, au final. les yeux, il les détourne simplement.
romeo, il rage au fond de ses pensées. il se fait des films, des idées. il le hait un peu, même.
idiot, pauvre idiot qu'il est. à ne pas vouloir d'amour, à ne pas vouloir de juliette, et à criser dès l'instant où l'autre, il n'est pas disponible pour ça, justement. pauvre gamin.
petit enfantin.
il fixe ses pas, alors. silencieux, il fixe ses pas, sur le trottoir mouillé. il observe les goutes d'eau qui s'élèvent dans les airs, comme s'il leur avait donné un coup de pied. ça le calme. il parvient à sourire même, un peu. « c'est drôle, ma veste te va mieux qu'à moi. » la tête se redresse, un peu brusquement.
il a un regard un peu surpris, romeo. il cligne des yeux un instant, suit le mouvement de ses doigts, contre sa peau. les yeux se perdent de nouveau sous le rouge, alors que ses doigts glissent, dans ses cheveux. « t'es tout décoiffé. » il renifle, un peu gêné. détourne les yeux, le temps d'un instant.
et puis de nouveau, il l'observe. romeo, il tente même un sourire, un petit, minuscule, mais signifiant. il le détaille, là, attentivement. se perd dans ses traits, dans ses yeux.
et puis, il lâche ses doigts. le temps d'un instant, assez pour poser un nouveau baiser sur ses lèvres, enfantin et un peu gauche pour ne pas changer, avant de glisser son bras autour de sa taille. « les tiens aussi. » et puis comme ça, un peu pressé contre lui, assez pour le réchauffer, il se remet à marcher.
la tête s'agite. romeo, il cogite. il cherche quoi dire, quoi faire. le coeur, il bat vite. comme ça, pressé contre lui, il sent son coeur faire des folies. il se sent un peu bête. un peu con d'être serré de la sorte contre lui, de l'avoir embrassé, alors que.
il y a quelqu'un.
romeo baisse la tête, un peu, encore. il pince ses lèvres. il racle sa gorge, et se lance. « il sait que tu t'amuses à embrasser les gens, ton quelqu'un ? » la voix, elle est un peu brusque, un peu vive. romeo, il tourne ses prunelles vers lui ; elles sont un peu dures, mais pourtant, il y a quelque chose de fragile, dedans.
il ne veut pas, c'est tout. il ne veut pas, non, être un jouet, un amusement. alors il l'observe, mâchoire serrée et regard dur.

_________________

la nuit tombée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : étouffé sous les paillettes.
EMPLOI : transformiste dans un cabaret.
MESSAGES : 27
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : sylvester ulv.
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Jeu 19 Juin - 14:29

J'étais persuadé qu'il ne renouvellerait pas l'expérience.
Du moins, pas ce soir, pas aussi vite. Pas après son petit discours. Mais il le fait, Romeo s'avance et dépose un baiser sur mes lèvres. C'est pas grand chose, sur le moment mais moi je la sens, la douce pression. La tendresse qu'il s'en dégage et la timidité presque excitante du moment.
Je crois que je suis jamais tombé sur un gars comme ça. Ou alors je m'en souviens plus.
Cette option est pas impossible.
On continue d'avancer comme ça, l'un contre l'autre. On dirait presque un couple, vu de loin. Pourtant on se connaît à peine. Ou pas du tout.
Salut moi c'est Romeo et toi ? Kim.
Kim ?
Et si on tombait amoureux pour la nuit ?
Oui, oui, allez.
Faisons ça, soyons désinvoltes.
« il sait que tu t'amuses à embrasser les gens, ton quelqu'un ? »
J'hausse des épaules et puis je le regarde. Pas bien longtemps, pour préserver le mystère ou une connerie du genre. J'ai pas envie qu'il sache tout tout de suite quand même. J'avance encore de quelques pas, sur ce trottoir un peu glissant. Je fixe mes pieds par peur de tomber et me ridiculiser sous ses yeux.
« oui, certainement. il doit être content pour moi, j'imagine. fin, il aime bien glisser des préservatifs dans mes poches et même dans mes chaussettes, une fois. il est formidable. » un rire cristallin quitte mes lèvres. Ah, sacré papa. « en réalité, c'est mon père. je vis toujours chez mes parents à mon âge. » Et oui, toujours dans les pattes de papa et papa. J'ai pas envie de laisser puis on est bien, tous les quatre, à la maison. On s'aime et puis c'est l'essentiel.
Je m'en fous un peu, du reste. J'ai envie de profiter d'eux.
De les aimer.
« enfin, rien de bien glorieux. » Et je me détache de lui, il est tard. Je suis éphémère, un véritable coup de vent. « je crois que je ferais mieux de rentrer avant que ce soit la sortie des boîtes. il n'y aura plus de taxis disponibles après. »
en langage normal ça veut dire : je pars, tu me donnes ton numéro ou pas ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : teinté de mascara.
EMPLOI : maquilleur et habilleur dans un bar cabaret.
MESSAGES : 55
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : ethan james green.
RP WITH : kim, moana,
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Jeu 19 Juin - 15:28

le coeur bat un peu fort. mouvements secs, brutes, sauvages. romeo, il attend. il appréhende, un peu. et surtout, il serre ses doigts. il serre ses doigts contre la veste, pour ne pas trembler.
les lèvres, quant à elles, restent pincées.
anton, il hausse des épaules. anton, il l'observe un peu, et romeo, il essaie de ne pas se perdre dans ses yeux. de ne pas se faire avoir, encore.
c'est toujours la même histoire, après tout. il sourit, l'autre sourit, et puis le voilà, deux secondes plus tard, coeur brisé.
les lèvres se pincent encore et il baisse la tête, marchant sagement. « oui, certainement. il doit être content pour moi, j'imagine. fin, il aime bien glisser des préservatifs dans mes poches et même dans mes chaussettes, une fois. il est formidable. » anton rit, et romeo se sent con. un peu trop con, peut-être. romeo ne veut pas de juliette, mais espère tout de même la voir. « en réalité, c'est mon père. je vis toujours chez mes parents à mon âge. » la surprise est courte, mais grande. il papillonne des yeux, les lève vers lui, cache mal son sourire.
une seconde, il pense à sa mère. elle lui manque. mais ça, ce n'est pas nouveau. toujours, elle manque. « enfin, rien de bien glorieux. » romeo secoue la tête. il lui adresse un léger sourire. « non, la famille c'est important. c'bien de profiter d'eux le plus longtemps possible. j'le ferais, à ta place. » froid, contre sa peau
froid, malgré la veste. anton, il se détache de son bras, et romeo fronce des sourcils, la peur un peu présente, à son ventre. il a envie...envie de quelque chose, mais de rien à la fois. il ne sait pas réellement. peut-être juste de sa présence.
« je crois que je ferais mieux de rentrer avant que ce soit la sortie des boîtes. il n'y aura plus de taxis disponibles après. » il hoche de la tête, sagement.
romeo pince ses lèvres, un peu, fronce des sourcils, un peu plus. il réfléchit.
soupir entre ses lèvres, il hésite à lui rendre à veste. elle est chaude, pourtant. romeo ne le fait pas, au final. égoïste. il est si égoïste. qu'importe. « ouais, okay okay. » il pense encore. troublé, un peu perturbé. romeo, il ne gère pas ce genre de truc, habituellement. il fuit dans la foule, simplement.
le revoir, ou non ? les sourcils se froncent un peu plus. il ne sait pas.
au final, il sort son portable. prendre son numéro ne veut pas dire l'appeler, après tout. « hm... tu m'donnes ton numéro ? si tu veux faire un truc ou j'sais pas. 'fin comme tu veux. » il hausse des épaules ; le stress, et pour ne pas paraître insistant. romeo pince ses lèvres, rentre le numéro, et envoie aussitôt un sms pour partager le sien. « voilà. » sourire léger, nerveux. il passe sa langue sur ses lèvres, s'avance encore, pour poser ses lèvres.
une dernière fois, au moins.

_________________

la nuit tombée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ membre
COEUR : étouffé sous les paillettes.
EMPLOI : transformiste dans un cabaret.
MESSAGES : 27
HERE SINCE : 13/06/2014
AVATAR : sylvester ulv.
HONNEURS :




MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   Sam 21 Juin - 13:55

C'est la fin.
Ou la presque fin.
J'en sais rien, c'est à Romeo de le décider.
J'avance d'un pas vers la route et je tends la main lorsqu'un taxi passe par là. Il s'arrête et m'attend.
Oui, non, c'est vraiment la fin.
« hm... tu m'donnes ton numéro ? si tu veux faire un truc ou j'sais pas. 'fin comme tu veux. »
Je souris et lui balance les chiffres un à un, lentement, pour être persuadé qu'il ne se trompe pas. Une fausse note et c'est nos chemins qui se sépareront à tout jamais. Peut-être pas à tout jamais mais un peu, quand même. J'ouvre la porte du taxi et le regarde une nouvelle fois. J'ai pas vraiment envie de partir mais je sais que si je reste, ce sera une idiotie.
Romeo n'est pas comme ça.
Il ne ramène pas les hommes chez lui, comme ça, dés le premier soir. à moins que je sois pas à son goût. Qu'il simule depuis le début pour me faire plaisir. Mais non, il m'embrasserait pas une dernière si c'était le cas. Il pourrait pas jouer le cinéma à ce point, non ? On va dire que c'est ça parce que moi, je pose ma main au bas de son ventre et le ramène contre mon torse. Le baise est plus intense, plus passionné. Un vraie baiser, digne de la pluie qui nous tombe sur le visage. Digne de cette nuit magique. Les cheveux trempent, je me recule à nouveau et lui souris. Sa veste est toujours sur mes épaules mais j'ai pas envie de la récupérer. Je veux garder cette image de lui, sous la pluie.
« j'espère qu'on se reverra vite, alors. » mouvement de main, pour le saluer. « passe une bonne nuit, Romeo. » Et ma voix se brise alors que j'entre dans la taxi, là, pleins de pensées et d'étoiles dans les yeux.
C'est terminé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: épuisé de toi (kim)   

Revenir en haut Aller en bas
 

épuisé de toi (kim)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Maxi CD Dégénération : épuisé !!!
» ArkivMusic.com- Site de vente en ligne de CDs indisponibles
» Road Box - The Live Collection (1993)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BE THE YOUNG ::  :: garbage dump :: rps-